Les perspectives d’avenir pour les filières de valorisation énergétique du sous-sol profond

La Direction Générale des Entreprises (DGE) a lancé en 2014 une étude sur les perspectives d’avenir des filières de valorisation énergétique du sous-sol profond. Le 11 mars dernier, le Pôle Interministériel de Prospective et d’Anticipation des Mutations Economiques (PIPAME) organisait un séminaire de restitution de cette étude. Neopolia Oil&Gas, par l’intermédiaire de son Vice-président Eric Perrot, a pu faire partager son expertise lors des tables rondes.

Un partage de l’état des lieux des filières

La valorisation énergétique du sous-sol profond compte trois filières industrielles principales : l’exploration et la production de produits pétroliers (Oil&Gas), la géothermie profonde et le stockage géologique d’hydrocarbures et de CO2. Ce sont des filières clés de l’industrie française. Avec pas moins de 66.000 salariés pour un chiffre d’affaires d’environ 36 milliards d’euros (60 % à l’export) dont 35 milliards réalisés par la filière Oil&Gas, ces trois filières sont actuellement confrontées à plusieurs problématiques communes : une forte concurrence à l’international couplée à une étroitesse du marché national mais également une chute des prix des hydrocarbures conventionnels limitant les nouveaux investissements.

L’international, un levier de croissance prioritaire pour les entreprises

L’objectif du séminaire du 11 mars dernier était de mettre en lumière les perspectives communes pour redynamiser le déploiement de ces filières et imposer les acteurs français sur la scène internationale. Plusieurs tables rondes étaient organisées pour l’occasion. Eric Perrot, Vice-président de Neopolia Oil&Gas, était invité à partager l’expertise du cluster autour du thème du développement à l’international des PME françaises, l’un des points clés de l’étude. « Neopolia Oil&Gas a fait de l’export un axe majeur de sa stratégie pour la filière. L’association met le pied à l’étrier en mettant à disposition des membres, toujours de manière collaborative, une compétence commerciale qui va défricher les marchés et ce jusqu’à l’obtention de premiers contrats. Nous pensons aussi qu’il est inutile d’aller à l’export chacun dans notre coin. Il nous semble indispensable que les différents clusters régionaux, et les partenaires du développement économique s’allient dans cette démarche. »

Synergie ou diversification ?

D’autres préconisations ont également été mises en avant dans ce rapport. L’étude souligne ainsi la nécessité de croiser les compétences et les technologies de la filière Oil&Gas, la plus mature, vers les deux autres, moins structurées à ce jour mais porteuses d’opportunités, afin d’en accélérer le développement. Au sein du cluster Oil&Gas, les entreprises regardent également activement vers les industries nécessitant du process à haute valeur ajoutée (pharmaceutique, chimie, pétrochimie, biomasse, etc.) car ces secteurs semblent pouvoir être des relais de croissance accessibles aux PME à court ou moyen terme.